Le centre du monde d’Émanuelle Walter

by Roxanne Dubois last modified 2017-01-03T11:03:07-04:00
La journaliste française installée à Montréal, Émanuelle Walter, a déjà écrit sur les Premières Nations du Canada. Son premier livre, Sœurs Volées, raconte l’histoire des familles de femmes autochtones disparues et assassinées. L’auteure récidive avec un portrait de la région d’Eeyou Istchee Baie-James, sillonnée en compagnie de Roméo Saganash.

La circonscription électorale fédérale d’Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou couvre un territoire de 843 721 km². Roméo Saganash en est le député depuis qu’il a été élu comme candidat pour le Nouveau Parti démocratique en 2011. Saganash, membre de la nation cri, est originaire de Waswanipi, une municipalité de sa circonscription.

En 2015, alors qu’il se préparait pour une élection fédérale à l’automne, Saganash et Walter ont voyagé au cœur du territoire qu’il représente. Le résultat de cette excursion, de leurs escales, et de nombreuses discussions sur la route a donné ce livre, Le centre du monde.

Au fil des pages, Walter insuffle de la vie dans les attributs qui caractérisent la région. Par sa plume, le lecteur voyage au cœur des municipalités vastes et disparates, discute avec des gens locaux, des décideurs, des leaders, et comprend un peu mieux les dynamiques entre communautés autochtones et non autochtones, gouvernements et autres instances.

Le duo s’arrête dans la ville minière de Val d’Or. Après avoir exploré la ville, l’auteure se remémore ses premières impressions et met en relief le temps de sa visite, et le moment où, quatre mois plus tard, éclata un scandale d’ordre national. À l’automne 2015, l’émission Enquête à Radio-Canada diffusera un reportage dénonçant les violences policières faites à l’égard de nombreuses femmes des Premières Nations. En réfléchissant à son passage dans la ville, Walter note : «Je ne savais pas non plus que j’avais marché sur les pas de femmes qui avaient eu le courage inouï de témoigner malgré la profondeur de leur plaie intérieure, libérant la parole d’un bout à l’autre de la province, de Maniwaki à Schefferville.»

Les propos contenus dans ce livre sont profonds tout en étant actuels. Le livre contient une mine d’or d’information exceptionnelle sur la réalité des nombreuses municipalités, sur les méthodes de décision, de gestion et de gouvernances du territoire. De plus, Walter dresse un portrait majestueux du territoire physique : des montagnes, des forêts, des lacs, de la faune et de la flore.

Le centre du monde est une lecture vibrante et rafraîchissante. L’information présentée est tout aussi politique qu’elle est personnelle, et permet d’en savoir davantage sur une région qui se retrouve peu dans le champ de vision des médias, malgré le scandale. Pour apprendre à connaître Roméo Saganash, son histoire, et son lien solide avec les lieux qu’il représente, Le centre du monde est une lecture recommandée.

5/5

Le centre du monde d’Emanuelle Walter

Document Actions